Thursday, November 17, 2005

à la mémoire d'un grand Homme

Né vers 1882 à Ajdir au Maroc et décédé le 6 février 1963 au Caire en Égypte, de son vrai nom Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi était un chef berbère dans le Rif, zone berbère au nord-est du Maroc. Il est devenu le chef d'un mouvement de résistance contre la France et l'Espagne en Afrique du nord.

Fils d'un qadi (juge islamique) du clan Ait Yusuf de la tribu Beni Ouriaghel (ou Waryaghar), Abdelkrim a été instruit dans des zaouïas traditionnelles et des écoles espagnoles, finalement son éducation à l'ancienne université de Qarawiyin à Fès, suivit de trois ans en Espagne où il étudia la mine et la technologie militaire. Il entra dans l'administration espagnole, et fut nommé qadi chef de Melilla en 1915, rédigeant dans le même temps la section arabe du journal El Telegrama del Rif.

A cette époque là, il commença à s'opposer à la domination espagnole, et en 1917 il fut emprisonné pour avoir dit que l'Espagne ne devrait pas s'étendre au-delà des territoires déjà occupés (qui en pratique excluait la plupart des zones incontrôlées du Rif) et exprimant sa sympathie pour la cause allemande pendant la première guerre mondiale. Peu après s'être échappé, il revint à Ajdir en 1919 et, avec son frère, il commença à unir les tribus du Rif dans une République du Rif indépendante. Pour cette cause, il essaya appaiser les inimitiés entre les tribus existantes.

En 1921, comme une retombée inattendue de leurs efforts pour détruire la puissance de Raisuni, un brigand local, les troupes espagnoles approchent des secteurs inoccupés du Rif. Abdelkrim envoie à leur général Manuel Fernández Silvestre un avertissement : s'ils franchissent le fleuve Amekran, il le considérerait comme un acte de guerre. Silvestre aurait ri en prenant connaissance du message. Le général installe un poste militaire sur le fleuve à Abarrán. Le même jour au milieu de l'après-midi mille rifains l'avait encerclé; 179 militaires espagnols furent tués, forçant le reste à la retraite. Peu après, Abdelkrim dirigea ses forces pour attaquer les lignes espagnoles, avec grand succès - en trois semaines, 8.000 militaires espagnols furent tués, et à Anoual une armée de 13 000 hommes dut faire retraite devant seulement 3 000 rifains.

Fort de son succès, Abdelkrim proclame en 1922 la République confédérée des Tribus du Rif, un embryon d'État berbère.

En 1924, l'Espagne retire ses troupes dans ses possessions le long de la côte marocaine. La France, qui de toute façon avait des prétentions sur le Rif méridional, se rendit compte que laisser une autre puissance coloniale se faire vaincre en Afrique du nord par des indigènes crérait un dangereux précédent pour ses propres territoires, et rentra dans le conflit.

A partir de 1925, Abdelkrim combat les forces françaises dirigées par Philippe Pétain et une armée espagnole commandée personnellement par Miguel Primo de Rivera, soit au total de 250.000 soldats, commença des opérations contre la République de Rif. Le combat intense dura une année, mais par la suite les armées françaises et espagnoles combinées - utilisant, entre autres armes, l'ypérite - furent victorieuses des forces d'Abdelkrim.

En 1926, Abdelkrim est exilé à la Réunion, où on l'installe d'abord jusqu'en 1929 au Château Morange, dans les hauteurs de Saint-Denis. Quelques années passent. Il devient habitant de la commune rurale de Trois-Bassins, dans l'ouest de l'île, où il achète des terres et construit une belle propriété. Il y vit douze à quinze ans. En mai 1947, ayant finalement eu l'autorisation de s'installer dans le sud de la France, il embarque à bord d'un navire des Messageries maritimes en provenance d'Afrique du Sud et à destination de Marseille avec 52 personnes de son entourage et le cercueil de sa grand-mère, le Katoomba.

Arrivé à destination, il réussit à s'échapper et à gagner l'Égypte, où il préside le Comité de libération pour le Maghreb arabe, et où il meurt en 1963. Ironie du sort, au sortir de l'indépendance, la répression d'une révolte du Rif fait plus de 8 000 morts entre 1958 et 1961.

-------------------------------------------------------------------------------------

Biographie tirée du site Wikipédia.

Et je me demande quand la France et l'Espagne vont payer pour ce crime de guerre qu'ils ont commis au Maroc, ou juste reconnaitre ce crime barbare.

l'indépendant!

12 Comments:

Anonymous Larbi said...

Abdelkrim
J’ai appris l’histoire de cet homme un peu tard. Enfant à l’école (et même au lycée) on lui réservait un petit paragraphe dans les livres d’histoire on occultait sa mémoire.
Ce n’est qu’après quand j’étais étudiant que j’ai appris un peu plus sur la dimension humaine et militante de ce Grand Résistant. Souvent de la bouche de certains amis originaires du nord.
Ce que je retiens de sa vie c’est surtout sa droiture, sa combativité et ses idéaux.
L’Histoire est souvent ingrate envers les grands hommes. Je crois que tout compte fait, il n’a pas eu une reconnaissance digne de ce qu’il a fait. Qu’il méritait mieux. Que sa mémoire aurait dû être honorée notamment par le rapatriement de son corps et l’instauration d’un institut pour que les générations présentes et futures épuisent dans sa vie les ressources nécessaires pour aller de l’avant.
Si un jour nous bâtissons un Panthéon au Maroc il devrait être parmi les premiers à s’y reposer.
AUX GRANDS HOMMES LA NATION DOIT ETRE RECONNAISSANTE.

Merci Amazigh.

Tanmirt

8:11 AM, November 17, 2005  
Blogger Amazigh said...

Je ne te cache pas que ça fait longtemps que je n'ai pas pleuré, mais en regardant les photos de ce soldat iranien touché par ce gaz, je n'ai pas pu résister à mes larmes en imaginant nos frères Rifains dans cette situation:

http://www.labor-spiez.ch/f/aktuell/
fact_sheet/senfgas/

Merci Larbi et restant à l'attente d'un état reconnaissant a ces GRANDS HOMMES.

8:34 AM, November 17, 2005  
Anonymous slix said...

Azul,
ehhh oui...des grands hommes...comme abdelkrim..on les zappe dans les manuels scolaires..comme a dit Larbi...d'ailleurs ce n'est que dernierement que j'ai pu connaitre cet homme et ses positions de forces pour la justice...et c de la bouche ou plutot des lignes d'un ecrivain français...quel dommage !

tanmirt bahra Amazigh pour ce post....

je m'incline à la mémoire de tt les grands...de ce pays

10:06 AM, November 17, 2005  
Blogger Amazigh said...

Merci slix pour ta visite, je n'ai rien a ajouter.

Tanmirt!

4:11 AM, November 19, 2005  
Anonymous Anonymous said...

Bonjour!

J'ai un grand père maternel qui a combattu aux côtés de ...Franco et son frère aux côtés de Abdelkrim. Je n'ai jamais aimé mon grand père décédé il y'a deux ans, même si ce n'était pas de sa faute et j'ai toujours eu une admiration infinie pour cet oncle décédé une année avant son frère. Ni l'un ni l'autre n'avaient jamais été à l'école.
Ma grand mère maternelle a soutenu les combattants du FLN qui venaient cacher leurs armes dans sa maison. Elle est décédée il y a très longtemps.
Un cousin a été fusillé en 73 durant les années qui ont plombé l'histoire de notre pays, mon père, ingénieur des mines, a été renvoyé à la fin des années 60 à cause de son engagement, mon frère adoptif exilé à cause de son appartenance au mouvement Ilal Amam, etc...Que des anonymes. Leur force c'est leur anonymat.

Je viendrais souvent vous lire et merci pour votre invitation.

Cordialement

12:49 PM, November 19, 2005  
Anonymous Amazigh said...

Merci anonyme! pour votre visite,vous etes tjrs le bienvenu.

4:37 PM, November 19, 2005  
Anonymous Anonymous said...

Mes parents appartiennent à la même tribu que celle d'Abdelkrim. Depuis tout petit, mon père me raconte tout plein d'histoire sur ce héros légendaire du rif.
Je connaissais sa biographie mais certains détails que je viens de lire m'était inconnu. Merci et à bientôt.
Reeftonade

4:07 AM, November 20, 2005  
Anonymous le mythe said...

Zakya Daoud a écris deux livres sur Abdelkrim-le rif, et a fait plusieurs interventions sur le journal la vie économique,
Je reste un peu sceptique aux gens qui utilisent l'image de cet homme pour se detacher de la culture marocaine..ma foi ton pseudo dit long, je n'aime pas ce type de pseudo, ni celui de l'anti-amazigh
mais j'aime la diversité, et parler au nom de ceux qui n'ont pas de nom...
Pour finir ma provoc, aller si je te dis que Abdelkrim est mort de viellesse dans un somptueux villa alors que mon héro (Al Motanabbi)est mort l'épée à la main pour defendre son orgeuil et sa poèsie..



Mes respects pour cet homme

2:13 PM, November 20, 2005  
Anonymous lili said...

Azul
En effet, un homme très respectable!
Quand la France reconnaitra ses crimes? je ne sais pas, mais ce qui est sur c'est qu'elle est entrain d'en encaisser une partie en ce moment ;-)
La dernière fois je regardais un documentaire sur le Maroc de la pré-indépendance, on montrait des prisonniers marocains enchainés de leurs pieds comme s'ils étaient des moutons, ça m'a superbement révoltée!!!! j'ai réalisé à quel point de l'autre bout de la méditerrannée on nous prend pour du bétail sans plus!
Ce qui me réchauffe le coeur, c'est que Dieu regarde tout d'en haut, et si les humains ne sont pas parfait, Lui l'est suffisamment pour rendre justice à chacun, aujourd'hui ou demain...

4:55 PM, November 20, 2005  
Anonymous lili said...

Au fait les prisonniers dont je parlais n'étaient ni des criminels ni des voleurs, leur seul crime est d'avoir eu la fierté de défendre leur pays violé par des impérialistes!
P.S: il y'a des français quand même aujourd'hui qui dénnoncent la colonisation faite par leurs parents (sur mon blog tu trouveras un lien vers un certain "Kevin" il a écrit un long post dans lequel entre autres il dénnonce la colonisation francaise)
salam

4:57 PM, November 20, 2005  
Blogger Amazigh said...

- Merci Reeftonade, j'ai tellement envie de faire un tour dans ces régions.

- Le mythe, a chacun son héro et chaque héro vit selon les circonstances dont il se retrouvait, et ils nous doivent tous du respect.
Pour mon pseudo, je sais de quoi tu parles mais j'en fait pas partie de ces gens, d'ailleurs sur tous mes posts, je n'ai jamais lancer de message du genre, ns sommes tous des marocains sans aucune différence, et a toi de faire de même, je ne cherche pas a me justifier mais a me faire comprendre.
Merci pour tout.

- lili, l'utilisation de ce gaz par les français et les espagnoles est un crime, et pr rendre hommage à toutes ces vies de nos frères, ns devons tous dénoncer ce crime.
C'est la moindre des choses, je crois!
Merci bcp pr ta visite, ça fait tjrs plaisir de te lire.

Tanmirt a tous.

4:03 AM, November 21, 2005  
Blogger Jawad said...

Larbi: C'est pas l'histoire qui est souvent ingrate envers les grans hommes - c'est que ceux qui gagnent decident tjoujours de la version de l'histoire qu'ils veulent propager. Nous on nous a fait avaler des absurdites ds le systeme scolaire marocain - on nous appris de la propagande qui glorifie le pouvoir et non pas la vraie histoire de notre pays - une histoire riche d'exploits et d'heroisme Amazigh. Pour un marocain de connaitre la verite a propos de son histoire, il doit malheureusment chercher en dehors de son pays.

10:13 AM, December 03, 2005  

Post a Comment

<< Home